Le CQPF publie chaque semaine, d’avril à octobre, une chronique dans le journal La Terre de chez nous (TCN). Les chroniques sont rédigées par des experts en plantes fourragères, des agronomes, et autres intervenants liés aux secteurs des plantes fourragères.

Si les plantes fourragères pouvaient parler (2e partie)

le .

Dans la chronique précédente, on vous a présenté les deux premiers points d’amélioration visant à augmenter les rendements des plantes fourragères. 

Voici les trois autres.

Si les plantes fourragères pouvaient parler (1re partie)

le .

Elles en auraient long à dire sur le peu de soins que les producteurs leur donnent comparativement aux autres cultures. 

Bénéfices des légumineuses dans les rotations

le .

L’introduction de légumineuses dans les rotations pourrait constituer une source importante d’azote pour les cultures et augmenter les rendements. Lors d’un essai, des légumineuses ont été semées en monoculture (soya, haricot sec, pois sec, vesce velue, luzerne et trèfle incarnat), en association avec du blé (vesce velue,trèfle incarnat et pois fourrager) et en intercalaire avec du maïs (luzerne, trèfle incarnat et vesce velue). Des cultures de maïs et de blé ont servi de témoins.

Comment bien échantillonner le foin?

le .

La fiabilité des résultats d’analyse de laboratoire est essentielle pour formuler les rations d’un troupeau. Toutefois, la précision du rapport d’analyse repose sur la représentativité de l’échantillon du lot de foin. Voici donc les principes de base à respecter lors de l’échantillonnage de foin sec.

Importance du potassium et du soufre dans les cultures fourragères

le .

Aujourd’hui, la production fourragère doit viser non seulement l’obtention de rendements élevés, mais aussi, et surtout, des récoltes de meilleure qualité. Une bonne gestion du potassium et du soufre peut vous permettre d’atteindre cet objectif.

Le maïs profite de l’azote de la luzerne

le .

Combien de producteurs gèrent leurs luzernières pour maximiser le crédit d’azote fourni au maïs? Probablement pas beaucoup. Au Minnesota, on estime qu’environ 3 % des superficies en maïs sont semées après une culture de luzerne.

Digérer les fourrages

le .

Auparavant, le niveau d’énergie des fourrages était estimé à partir de la quantité de fibres au détergent acide (ADF). Cependant, depuis la publication du guide de nutrition du National Research Council 2001, on évalue l’énergie de façon plus précise parce que l’on se base sur les composantes des fourrages : protéines, fibres au détergent neutre (NDF), cendres, gras et lignine.

Le chantier de récolte

le .

Grâce à un chantier de récolte organisé et planifié dans ses moindres détails, il est tout à fait possible de réussir à produire de la luzerne et des graminées de qualité supérieure entreposées en silo-tour. Pour y arriver, une surveillance étroite des champs est essentielle afin de décider du meilleur moment pour la fauche.

Un outil fiable pour planifier la première coupe

le .

Quelle est la date la plus propice pour commencer la première coupe? Certains se fient à l’année précédente, alors que d’autres se fient plutôt au stade de développement de la culture.

Grands partenaires