Les plantes fourragères dans vos rotations : une cure pour les sols

le .

Si le nombre de vaches a diminué de moitié depuis 1985, celui de producteurs laitiers a pratiquement été divisé par quatre. Pas étonnant que les superficies consacrées aux plantes fourragères aient connu une réduction de plus de 25 % au cours de la même période.

À l’opposé, la superficie et le nombre de fermes spécialisées dans la production de grains ont connu une croissance remarquable, et ce, en une génération à peine. Avons-nous adapté nos façons de faire?

Une des conséquences de la spécialisation des fermes est que la majorité sinon la totalité des superficies de celles-ci sont en cultures annuelles. Quel est l’impact de cette méthode sur la santé physique et biologique du sol? Est-ce que nous conservons ou améliorons le patrimoine sol?

L’importance des rotations fi Il est important de noter que la qualité des sols est améliorée non pas par les manipulations physiques ou chimiques, mais par l’activité biologique, le recyclage de la matière organique et des nutriments et, en définitive, par une augmentation de la matière organique stable.

Le maintien et surtout l’augmentation de la teneur en matière organique des sols doit être une préoccupation constante du producteur. Quelles cultures et quels systèmes de rotation sont les plus appropriés pour atteindre cet objectif? Quel en est l’impact sur les rendements des cultures subséquentes?

Est-ce important pour rompre le cycle des maladies, des insectes, ou encore, pour lutter contre les mauvaises herbes? Dans la rotation, les légumineuses ont l’avantage de laisser un surplus d’azote à la culture suivante. Toutes les rotations sont supérieures à la monoculture, mais comment les cultures annuelles et les plantes pérennes se comparent-elles à cet égard?

Ces questions seront abordées par la Dre Anne Vanasse, agr., chercheuse et professeure en systèmes de cultures à l’Université Laval, au cours de la Journée à foin du CQPF, qui se tiendra le 13 septembre prochain à l’entreprise Norfoin inc., de Saint-Césaire.

Renseignements et inscriptions en ligne au www.cqpf.ca :
30 $ pour les membres, 45 $ pour les non-membres et 20 $ pour les étudiants.

Au plaisir de vous rencontrer le 13 septembre.

Germain Lefebvre, agr
Collaboration spéciale

Grands partenaires