Produire ou acheter ses fourrages? (2e partie)

le .

À la ferme Massicotte Holstein inc., la gestion des fourrages est la priorité no 1. Les propriétaires de la ferme laitière fondée en 2009 à Champlain en Mauricie ont vite compris que pour faire du lait, il faut des fourrages de qualité. Ainsi, Roger Massicotte et sa conjointe, Maryse Carré, leur fils Pier-Luc et sa conjointe, Katrine Venne, se mettent tous les jours au défi de concilier rendement et qualité en matière de fourrages tout en maîtrisant bien le coût de production et d’achat. Avec 90 vaches en lactation et 112 hectares en propriété, si le rendement n’est pas au rendez-vous, on préfère acheter du foin sec de qualité. Mais comment s’y prendre afin que le tout soit rentable?

En 2013, la ferme a produit 955 balles carrées (3 pi x 3 pi x 6 pi) à 50 % de matière sèche et en a acheté quasiment le triple, soit 2 600 balles carrées en provenance de trois fournisseurs. En 2014, seulement 194 balles carrées (3 pi x 3 pi x 5,8 pi) et 85 balles de foin sec (3 pi x 3 pi x 7 pi) ont été produites directement à la ferme. Cette année-là, le difficile hiver avait nui aux luzernières. Le rendement obtenu à la première coupe ayant été insatisfaisant, le choix n’a pas été difficile : les producteurs ont opté pour le semis en direct du soya et ont acheté du bon foin.

Quant au choix de leurs fournisseurs de foin, les Massicotte se sont fixé certaines règles. Ces fournisseurs doivent se trouver près de leur ferme (à moins de 50 minutes de route) et, surtout, être à l’écoute de leurs besoins. En effet, les Massicotte veulent déterminer la date de coupe, gérer les chantiers de récolte et approuver la qualité du foin qui va leur être livré pour déterminer un juste prix.

Brigitte Lapierre, agr.
Conseillère spécialisée en plantes fourragères et conservateurs d’ensilage
La Coop fédérée

 

Grands partenaires